Tous
Casino
Jeux
Bonus
Payments

Stratégie de la roulette

Stratégie de la roulette

La roulette est le jeu de casino dont les joueurs peuvent jouir de la pleine liberté de placer leurs mises et de choisir une stratégie. Contrairement au blackjack, où la stratégie consiste à suivre un ensemble de règles strictes indiquant une certaine action à chaque moment du jeu, en fonction de la configuration actuelle des cartes, à la roulette, vous pouvez choisir vos mises et les numéros à couvrir avant chaque tour parmi un large éventail de possibilités, de manière à ce qu’ils correspondent à la stratégie que vous avez choisie.

Si vous vous êtes familiarisé avec les règles de la roulette et que vous savez comment y jouer, vous voudrez peut-être tenter une ou plusieurs stratégies pour augmenter vos chances ou mieux organiser votre jeu. Mais avant de vous familiariser avec les stratégies de roulette, gardez à l’esprit que la roulette est un jeu de pure chance et non d’adresse, et que les stratégies ne sont que de simples choix de placement de vos mises et ne reflètent pas un jeu optimal, qui n’existe pas à la roulette.

Dans ce guide, vous découvrirez ce qu’est une stratégie de roulette, quels types de stratégies sont disponibles et ce que vous pouvez en attendre, ainsi que la façon dont les paramètres de votre jeu changent avec ces stratégies.

Qu'est-ce qu'une stratégie de roulette ?

En général, une stratégie de jeu est un mode de jeu (en un ou plusieurs tours) dont l’objectif est d’obtenir un avantage (par rapport à la maison ou à vos adversaires) qui ne peut pas être obtenu par un jeu aléatoire. Cet avantage peut être lié à des facteurs financiers (profits, pertes, bankroll, taux de profit) ou simplement au confort de jeu du joueur et à d’autres critères personnels qu’il peut suivre dans son jeu. C’est pourquoi les stratégies peuvent être subjectives ou objectives. Parmi les stratégies objectives, une stratégie optimale est une stratégie conçue mathématiquement qui garantit théoriquement un avantage statistique que d’autres types de stratégies ne peuvent pas fournir. Cet avantage théorique est lié à l’amélioration des chances de gain et/ou des espérances de gain des paris, que ce soit à court, moyen ou long terme.

Tous les jeux de hasard ne permettent pas d’élaborer une stratégie idéale, et la roulette est l’un de ces jeux. Cependant, il existe des stratégies objectives pour jouer à la roulette. Ces stratégies peuvent augmenter vos chances de gagner les paris à la roulette, limiter le gaspillage de votre bankroll et, en général, rendre votre jeu plus organisé à divers égards, avec un effet direct sur les facteurs monétaires.

Toute stratégie de roulette est un mode de placement des mises dans un ou plusieurs tours, y compris le choix des mises ; c’est tout simplement une question de pari à la roulette. Il n’y a pas d’autre action stratégique possible à la roulette. La composante principale d’une stratégie à la roulette est le choix : choix des types de mises, des enjeux, et même choix du moment où l’on arrête de jouer.

Il existe deux types principaux de stratégies objectives dans les paris à la roulette : le placement de mises à couverture large et l’utilisation de systèmes de paris progressifs. Le premier type de stratégie s’applique aux paris d’un seul tour (jeu ou tour), en utilisant les paris statiques (plats) offerts par les règles de la roulette. Le second type suppose une mise évolutive sur plusieurs tours, où la mise est modifiée au tour suivant (dans le type ou l’enjeu ou les deux) en fonction du résultat de la mise au tour précédent.

Avant d’aborder chacun de ces types de stratégies, il convient de se concentrer sur les notions statistiques de base du jeu de la roulette.

Casino
Avis
Bonus
Pays
Deposit
Jeux
1
winoui casino logo
WinOui Casino Avis

Réputation parfaite 9.7/10

Jusqu’à 1000 € + 365 Free Spins Bonus de Bienvenue Exclusif

Des conditions s'appliquent
United States flag
Visa MasterCard Maestro Cashlib
Machines à Sous Poker Roulette Blackjack Dice Live Casino
2
wild sultan casino logo
Wild Sultan Casino Avis

Réputation parfaite 9.6/10

100% Jusqu'à 500€ + 20 Free Spins Bonus De Bienvenue

Des conditions s'appliquent
United States flag
Visa MasterCard Cashlib
Machines à Sous Poker Roulette Blackjack Dice Live Casino
3
cresus casino logo
Cresus Casino Avis

Réputation parfaite 9.8/10

200% Jusqu'à 500 € + 500 Free Spins Bonus de Bienvenue Exclusif

Des conditions s'appliquent
United States flag
Visa MasterCard Bank Wire Transfer Skrill Bitcoin Ethereum
Machines à Sous Poker Roulette Blackjack Dice Live Casino
4
alexander casino logo
Alexander Casino Avis

Réputation parfaite 9.8/10

Jusqu'à 100€ + 100 Free Spins Bonus de Bienvenue

Des conditions s'appliquent
United States flag
Visa MasterCard Instant Banking Direct Bank Transfer Cashlib Bitcoin
Machines à Sous Poker Roulette Blackjack Dice Live Casino
5
locowin casino logo
Locowin Casino Avis

Réputation parfaite 9.7/10

Jusqu'à 1850 € + 500 Free Spins Bonus De Bienvenue

Des conditions s'appliquent
United States flag
Bank Wire Transfer Sofort Visa MasterCard Bitcoin Ethereum
Machines à Sous Poker Roulette Blackjack Dice Live Casino

Cotes, valeur attendue et avantage de la maison à la roulette

On peut parler de « cotes » dans deux sens : La première est la « cote de paiement », c’est-à-dire le coefficient multiplicateur ou le taux qui s’applique à la mise d’un pari gagnant pour en déterminer le paiement. À la roulette, chaque pari simple (intérieur ou extérieur) a sa propre cote de paiement, conformément aux règles du jeu. Par exemple, une mise partagée a une cote de paiement de 17 : 1, ce qui signifie que si vous gagnez ce pari, votre mise est multipliée par 17 pour déterminer votre gain.

L’autre sens du terme « cote » est la probabilité qu’un événement donné se produise, mesurée par les preuves qui favorisent cet événement, par rapport à l’ensemble des possibilités. Cette notion est décrite mathématiquement par la notion de probabilité ou, dans le jargon des jeux de hasard, par la « cote réelle ». La probabilité est un concept complexe, mais la roulette est un jeu où la possibilité d’un événement peut être facilement calculée par n’importe qui, sans technique mathématique particulière : La probabilité d’un événement à la roulette est le rapport entre le nombre de numéros de la roulette favorables à la réalisation de cet événement et le nombre total de numéros de la roulette.

  • Par exemple, la probabilité que le numéro 5 apparaisse à la roulette européenne est de 1/37 = 2,70 % :
  • La probabilité que le numéro 5 apparaisse lors d’un tirage à la roulette européenne est de 1/37 = 2,70 %, puisqu’il y a un numéro favorable pour cet événement, sur 37.
  • La probabilité qu’un numéro rouge apparaisse à la roulette américaine est de 18/38 = 47,36 %, puisqu’il y a 18 numéros rouges favorables à cet événement, sur 38.
  • Si vous placez un pari combiné composé d’un pari Split sur les numéros 10 et 11 et d’un pari Rouge, à la roulette européenne, la probabilité de gagner ce pari est de 20/37 = 54,05 %, puisqu’il y a 2 + 18 = 20 numéros favorables pour cet événement, sur 37.

Une autre notion statistique importante dans les jeux de hasard et donc à la roulette est la valeur attendue (ou espérance) d’une mise. Elle fait appel aux probabilités et aux chances de gain.

La valeur attendue d’un pari (EV) est définie comme suit :

VE = (probabilité de gagner) × (gain en cas de victoire) + (probabilité de perdre) × (perte en cas de défaite)

Par exemple :

Une mise en colonne avec un enjeu de 1 $ à la roulette européenne a une espérance de 12/37 x 2 $ – 25/37 x 1 $ = -2,70 cents.

Le résultat de cet exemple peut également être exprimé sous la forme d’un ratio (pourcentage) de la mise initiale : -2,70 cents représentent -2,70 % de 1 dollar.

Nous pouvons alors exprimer l’EV en pourcentage, sans monnaie : EV(%) = -2,70 %. Ce résultat se lit comme suit : Avec ce pari, on s’attend à perdre en moyenne 2,70 % de sa mise, soit 2,70 cents pour chaque dollar misé à long terme.

Le terme « moyenne » désigne une moyenne statistique et non une moyenne arithmétique. Appliqué au contexte des jeux de hasard, il suppose un jeu indéterminé (à très long terme). Ce résultat ne signifie donc pas que vous allez perdre ce pourcentage lors de la prochaine partie ou au cours des 10 ou 100 prochaines parties, mais plus vous jouez longtemps, plus votre perte cumulée s’approchera de ce pourcentage.

Si nous devions calculer l’EV pour n’importe quel autre pari de départ (quinte, partage, rue, couleur, etc.) à la roulette européenne, nous trouverions le même résultat de -2,70 %. Cela s’explique par le fait que le barème de paiement de la roulette est conçu de telle sorte que sa valeur attendue soit la même pour toutes les mises statiques. À la roulette américaine, la valeur attendue de chaque mise est d’environ -5,26 %.

L’avantage de la maison est défini comme l’opposé (en signe moins ou plus) de la valeur attendue et reflète le taux de profit que la maison réalise sur le long terme à travers les paris des joueurs. Un avantage de la maison positif signifie pour le casino qu’il ne sera pas ruiné à long terme, quelles que soient la mise et la stratégie des joueurs.

L’avantage du casino à la roulette européenne ou française est de 2,70 %. Il existe une exception pour les mises à parité (1 : 1) avec les règles La Partage et En Prison à la roulette française, pour lesquelles l’avantage de la banque est de 1,35 % au lieu de 2,70 %. L’avantage de la maison à la roulette américaine est de 5,26 %. Pour un seul numéro supplémentaire (le double zéro), la marge de la maison est presque doublée à la roulette américaine par rapport à la roulette européenne.

Par conséquent, une recommandation stratégique immédiate pour les joueurs qui se consacrent aux jeux de roulette à longue échéance est de jouer à la roulette européenne plutôt qu’à la roulette américaine. Les joueurs à long terme qui placent principalement des mises à parité sont invités à jouer à la roulette française avec les règles La Partage et En Prison.

Les probabilités, les cotes de paiement et la valeur attendue ne sont pas les seuls paramètres mathématiques d’un pari à la roulette. Il existe également des indicateurs financiers, à savoir le profit possible et le taux de profit.

Le bénéfice possible est la mise du pari multipliée par sa cote de paiement. Le taux de profit est le rapport entre le profit possible et la mise. Ces indicateurs financiers s’appliquent à tous les paris possibles, y compris les paris combinés.

Exemples :

  • Un pari de rue avec une mise de 5 $ peut rapporter 5 $ x 11 = 55 $. Le taux de profit est de 55 $/5 $ = 11 = 1100 %. (Pour tout pari simple, le taux de profit est égal à la probabilité de gain).
  • Pour un pari combiné composé de dix paris Straight-up sur des numéros rouges, chacun avec une mise de 1 $, et d’un pari Black avec une mise de 10 $, le profit possible dépend du résultat du tour, comme suit :
  • Si un numéro rouge sort, le joueur gagne 35 $ et perd 10 $, il réalise donc un profit de 25 $.
  • Si un numéro noir apparaît, le joueur gagne 10 $ et perd 10 $, le bénéfice est donc nul.
  • En cas de zéro ou de double zéro, le joueur perd les deux paris et subit donc une perte de 20 $.
  • Le taux de profit est de 25 $/20 $ = 1,25 = 125 %, si un numéro rouge apparaît.

Le taux de profit n’est pertinent que si le joueur réalise ce profit, mais la perte possible doit également être prise en compte. La moyenne la plus pertinente pour le bénéfice reste statistique, à savoir la valeur attendue, qui reste de -2,70 % ou -5,26 % pour les deux versions populaires de la roulette.

Tous ces paramètres mathématiques d’un pari à la Roulette, y compris financiers, sont pris en compte lors de l’élaboration de stratégies objectives à la Roulette.

Paris à grande couverture

La couverture d’un pari est l’ensemble des numéros de roulette sur lesquels ce pari est positionné sur la table de pari. Par exemple, la couverture du pari First Dozen est l’ensemble {1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12}, comptant 12 numéros, ce qui est appelé la longueur de la couverture.

La couverture du pari Street sur 19, 20, 21 est cet assortiment, d’une longueur de 3 numéros.

Si nous parlons de paris combinés, leur couverture est l’union de tous les ensembles qui sont la couverture des paris constitutifs.

Par exemple :

Une mise combinée composée d’une mise Corner sur 14, 15, 17 et 18 et d’une mise Red a la couverture {1, 3, 5, 7, 9, 12, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 21, 23, 25, 27, 30, 32, 34, 36}, avec une longueur de 20.

Bien que la mise Rouge soit placée sur 18 numéros et la mise Coin sur 4 numéros, la couverture de la combinaison ne compte pas 18 + 4 = 22 numéros, mais 20, parce que les numéros 14 et 18 apparaissent à chaque couverture et doivent être comptés une fois, pas deux.

Le pari de notre exemple est ce que nous appelons un « pari à grande couverture », simplement parce que sa couverture est supérieure à 18, ce qui correspond à un peu plus de la moitié des numéros de la roulette.

Against chaotic enlargement of the coverage

On peut facilement observer que la probabilité de gagner un pari à la roulette est le rapport entre la longueur de sa couverture et le nombre total de numéros (37 ou 38). Ainsi, la probabilité de gagner augmente proportionnellement à la longueur de la couverture globale d’un pari. Cela signifie que si l’on veut augmenter la probabilité de gain, on peut le faire en augmentant la couverture du pari. Ce principe motive la stratégie de mise basée sur des paris à grande couverture, mais la liberté de répartir les jetons sur la roulette n’est en fait pas le seul facteur qui motive de telles stratégies. Le placement des mises sur la table ne doit pas se faire de manière chaotique, ne serait-ce que pour éviter que notre pari ne tombe sur ce que l’on appelle un pari contradictoire, c’est-à-dire un pari qui se solde toujours par une perte ou une absence de profit, quelle que soit l’issue du tour de table.

Par exemple :

Un pari combiné composé de 18 paris directs sur les numéros rouges avec une mise de 1 $ et d’un pari noir avec un enjeu de 18 $ est contradictoire, car :

  • Si vous remportez une mise directe, vous gagnez 35 $ et perdez 17 $ + 18 $ = 35 $. Le bénéfice est donc nul.
  • Si vous remportez le pari noir, vous gagnez 18 $ et perdez 18 $, ce qui signifie à nouveau un bénéfice nul.
  • Si 0 ou 00 sort, vous perdez toutes les mises, soit une perte de 35 $.

Bien que ce pari ait une forte probabilité d’être gagné (ce qui signifie qu’au moins l’un des paris constitutifs est gagné), en fait 36/37 = 97,30 % ou 36/38 = 94,74 %, il n’y a aucune raison rationnelle de le placer, car aucun profit ne peut être réalisé.

Par conséquent, une première condition pour choisir des paris à grande couverture est de vérifier que le pari n’est pas contradictoire. Cela suppose de faire ses calculs financiers, comme nous l’avons fait dans l’exemple ci-dessus. Ce calcul de base est à la portée de tous et est également recommandé pour évaluer le pari ainsi que ses paramètres statistiques, vous devriez donc le faire pour tout pari combiné que vous envisagez de placer.

L’augmentation de la chance de gagner est la principale motivation d’une stratégie de paris basée sur des paris à grande couverture. Toutefois, la probabilité de gain n’est pas le seul critère de choix d’un pari à grande couverture ou d’un autre. Si c’était le cas, la roulette serait le « paradis » des jeux d’argent, avec des probabilités de gain de plus de 90 % (ce que les autres jeux de casino n’offrent pas).

En réalité, plus la probabilité de gain est élevée, plus le taux de profit est faible et/ou plus la perte possible d’un pari est importante. Ces paramètres financiers contrebalancent les probabilités de gain et il existe toujours un équilibre entre tous les paramètres mathématiques d’un pari à la roulette. La raison en est que la valeur espérée (ainsi que le bord de la maison) de tout pari devrait être constante à la roulette (-2,70 % ou ¬-5,26 % et l’inverse pour le bord de la maison, pour les deux versions les plus populaires de la roulette).

Il existe un grand nombre de paris non contradictoires à couverture élevée et chacun d’entre eux a ses propres paramètres. Au moment d’en choisir un, nous devons nous informer sur ses paramètres pour voir comment ils sont équilibrés, de manière à correspondre à nos critères de jeu et à nos objectifs. Par exemple, les joueurs disposant d’un petit bankroll peuvent commencer par des paris à forte probabilité de gain, quel que soit leur taux de profit, afin de consolider leur bankroll avant d’essayer d’autres paris ; ils doivent également éviter les paris à forte probabilité de perte. Les joueurs qui ont l’intention de jouer à court terme peuvent choisir le même type de paris à forte couverture, tandis que ceux qui ont l’intention de jouer à moyen ou long terme peuvent faire pencher la balance vers des taux de profit plus élevés.

Il n’existe pas de recette optimale pour jouer avec des paris à grande couverture, mais la deuxième condition pour une telle stratégie est de s’informer sur les paramètres mathématiques des paris considérés.

Catégories de paris à grande couverture

Les catégories les plus connues de paris à grande couverture qui méritent d’être testées sont les suivantes :

1) Pari sur la couleur et paris directs sur les numéros de la couleur opposée

2) Pari haut/bas et paris directs sur les numéros de magnitude opposée

3) Pari Pair/Impair et paris directs sur des nombres de valeur paire opposée

4) Pari sur la couleur et paris séparés sur les numéros de la couleur opposée

5) Pari haut/bas et paris séparés sur des nombres de magnitude opposée

6) Pari pair/impair et paris séparés sur des nombres de valeur paire opposée

7) Pari sur la colonne et paris directs sur les numéros en dehors de cette colonne

8) Douzaine et paris directs sur les numéros en dehors de la douzaine

9) Paris de rue avec couleur prédominante et pari de couleur sur l’opposé de la couleur prédominante

Ce type de pari résulte de l’observation que chaque rue contient deux numéros de la même couleur. Sur l’ensemble des 12 rues, 6 contiennent chacune deux numéros rouges et les autres deux numéros noirs.

10) Pari de ligne avec la couleur prédominante et pari de couleur sur l’opposé de la couleur prédominante

Ce type de pari résulte de l’observation qu’il existe des lignes contenantes chacune quatre numéros noirs et deux numéros rouges. Ensuite, nous combinons les paris sur ces lignes avec un pari sur la couleur rouge pour élargir la couverture.

11) Pari d’angle avec une couleur prédominante et un pari de couleur sur l’opposé de la couleur prédominante

Ce type de pari résulte de l’observation qu’il existe des coins (carrés) réunissant chacun trois numéros noirs et un numéro rouge.

12) Pari  sur la première ou la troisième colonne et sur la couleur noire

13) Paris sur la première et la troisième colonne et sur la couleur noire

14) Pari sur la deuxième colonne et sur la couleur rouge

Les trois derniers types de paris résultent de l’observation que la première et la troisième colonne contiennent le plus de numéros rouges.

15) Une douzaine de paris et deux paris Corner non superposés en dehors de cette douzaine (le pari Romanosky classique).

Les brèves descriptions ci-dessus ne mentionnent pas les enjeux, mais seulement les placements des paris. Chaque catégorie de paris à grande couverture se décompose en de multiples sous-catégories et paris particuliers en fonction des paramètres spécifiques choisis, ce qui fait que chaque pari particulier a ses propres mathématiques.

Par exemple, dans la catégorie 1), les paramètres suivants décrivent chaque pari : n – le nombre de paris Straight-up, c – le rapport entre l’enjeu du pari Couleur et l’enjeu d’un pari Straight-up (en supposant que l’enjeu est le même pour chacun de ces derniers).

La condition pour obtenir un profit positif en gagnant le pari Couleur ou un pari Simple est : n < c < 36 – n

La probabilité globale de gagner est P = (18 + n)/38 ou P = (18 + n)/37, selon la version de la roulette. La probabilité de perdre est P = (20 – n)/38 ou P = (19 – n)/37, respectivement. Le taux de profit est de c – n pour le pari Couleur et de 36 – n – c pour un pari Straight-up. La perte possible est de c + n fois la mise pour un pari direct.

Chaque choix des paramètres n et c détermine un pari spécifique de la catégorie 1) et ses paramètres statistiques et financiers, et ce principe s’applique à toutes les catégories.

Alors que la possibilité de gagner peut être influencée par le choix des paramètres, la valeur attendue et l’avantage de la maison de tout pari à grande couverture restent constants et ne peuvent pas être modifiés dans le cadre de paris statiques.

Ce qui caractérise la constitution des paris à grande couverture ci-dessus est la complémentarité et l’exclusivité – les attributs des paris simples qui les composent se complètent (rouge-noir, pair-impair, haut-bas, intérieur-extérieur d’une zone) et les nombres de leur couverture ne se chevauchent pas. Cette dernière caractéristique est une troisième exigence des paris statiques, quel que soit le type de pari retenu : Ne pas choisir de paris dont les couvertures se chevauchent.

Prenons l’exemple du pari combiné composé de la mise sur la première colonne et de la mise sur le coin sur les numéros 7, 8, 10 et 11. La couverture se chevauche sur les numéros 7 et 10. La première chose à noter est que la présence de ces deux numéros dans les deux paris diminue la probabilité de gagner pour un tel pari combiné (Colonne et Coin), en ce sens que si l’on choisissait deux paris qui s’excluent mutuellement, la probabilité de gagner augmenterait de 2/37 ou 2/38, pour le même investissement. Le résultat idéal pour ce pari, dans lequel 7 ou 10 sont atteints (entraînant le profit le plus élevé possible), a une faible chance de se réaliser et s’il y a une telle confiance dans l’un de ces deux nombres, le joueur peut placer un pari séparé sur eux, comme un Split ou un double Straight-up, tout en les excluant de l’un des paris initiaux (en choisissant un autre pari Corner à la place). En termes d’investissement, il est raisonnable de conserver la mise investie pour une double couverture du 7 et du 10 et de placer un autre pari à la place avec cet argent économisé.

Ce principe s’applique à tout pari combiné : choisissez les paris combinés de telle sorte que leur couverture forme une partition pour les paris constitutifs (il n’y a pas de numéros couverts par deux ou plusieurs paris).

Choisir entre des paris équivalents

L’exigence de partitionnement est liée à la quatrième exigence pour les paris statiques, qui se réfère aux paris équivalents.

Prenons l’exemple des paris suivants : un pari fractionné avec une mise S et un pari combiné composé de deux paris directs dont la mise est égale à la moitié de la mise du pari fractionné (S/2).

Les deux paris ont la même couverture de longueur 2 et donc les mêmes chances de gagner. Le bénéfice possible du premier pari est de 17S, s’il atteint l’un de ces deux numéros, tandis que le bénéfice possible du second pari est de 35 x (S/2) – (S/2) = 17S, s’il atteint l’un des deux numéros de la couverture de ce pari. La perte possible est de S, dans les deux cas.

Les paris ayant le même bénéfice (ou la même perte) possible et la même durée de couverture sont appelés paris équivalents. Deux paris équivalents ont nécessairement le même enjeu (si un pari est combiné, on entend par enjeu la somme des enjeux des paris qui le composent).

Sachant qu’il existe des paris équivalents avec le même enjeu total mais des placements différents ou avec la même durée de couverture mais des enjeux partiels différents, nous pouvons nous demander si le choix d’un pari entre plusieurs paris équivalents a une quelconque importance stratégique.

Les raisons d’un tel choix sont liées au style de pari de chacun et peuvent être subjectives ou objectives. Par exemple, une raison subjective est liée au fait que les nombres n’ont pas le même statut sur la table de roulette que sur la roue. Par exemple, les numéros 16 et 19 peuvent être couverts par une mise séparée, alors que les numéros 16 et 21 ne le peuvent pas ; la seule mise simple qui peut couvrir les numéros 2 et 36 est la mise paire ; au lieu de cela, les numéros 2 et 3 peuvent être couverts par plusieurs mises intérieures ; les numéros 2 et 27 ne peuvent pas être couverts par une seule mise simple. Ces exemples montrent qu’il est nécessaire de choisir parmi les mises, ce qui nous ramène à l’organisation : Si un joueur veut couvrir ses numéros favoris pour des raisons subjectives avec des mises d’un certain type et selon une certaine stratégie, il doit choisir parmi les types de mises et les mises équivalentes. Il existe également des raisons pratiques à ces choix. Par exemple, un joueur ne dispose que d’un temps limité pour placer les jetons avant le prochain tour, de sorte que la manipulation de nombreux jetons de différentes valeurs pour effectuer de nombreux placements peut avoir pour conséquence que toutes les mises ne soient pas placées avant le prochain tour. Dans ce cas, il est recommandé de remplacer cette mise par une mise équivalente nécessitant moins de placements.

Si l’on applique l’exigence de partition à une catégorie de paris équivalents, on revient à choisir parmi les paris dont la couverture ne se chevauche pas.

La quatrième condition relative aux paris équivalents peut être formulée comme suit : Parmi plusieurs paris équivalents, choisir celui qui nécessite le moins de placements et dont la couverture ne se chevauche pas.

Les paris à forte couverture sont une sorte de pari « de sécurité », car la probabilité de gagner un tel pari est plus élevée que pour les paris à plus faible couverture, y compris les paris simples. Mais la sécurité reste toute relative. Pour chaque choix particulier des paramètres d’un tel pari dans une certaine catégorie, la probabilité de gain change et la perte possible aussi. Plus la garantie d’un pari est élevée, plus la probabilité de gain est élevée, mais plus la perte possible l’est également.

Les paris à couverture importante sont principalement recommandés pour le jeu à court et moyen terme, en particulier pour renforcer des bankrolls faibles ou endommagés. Ce n’est pas le genre de paris qui intéresserait un joueur ayant un profil « hit-and-run ». En ce qui a trait au jeu à long terme, les choix entre les paris à grande couverture perdent de leur pertinence, car l’avantage constant de la maison et la valeur attendue maintiennent la perte moyenne autour de cette limite.

N’oubliez pas les recommandations stratégiques pour utiliser les paris statiques à forte couverture :

  •  Ne placez pas vos paris de manière chaotique et renseignez-vous sur les paramètres statistiques et financiers des paris que vous avez l’intention de placer avant de jouer.
  • Lorsque vous choisissez un pari à forte couverture, vérifiez d’abord qu’il n’est pas contradictoire, en faisant son calcul financier.
  • Choisissez le pari à forte couverture qui correspond le mieux à vos critères de jeu et à la taille de votre bankroll.
  • Ne placez que des paris dont les couvertures ne se chevauchent pas.
  • Parmi plusieurs paris équivalents, choisissez celui qui comporte le moins de placements.

Systèmes de paris progressifs à la roulette

Un système de paris progressifs consiste en une succession de paris statiques s’étendant sur plusieurs tours (spins), dont les mises sont modifiées à chaque nouveau tour, en fonction du résultat du tour précédent. Ainsi, dans les paris progressifs, vous ajustez la taille de votre mise en fonction du gain ou de la perte de la mise précédente. Selon la manière dont vous procédez à cet ajustement, le système est appelé « progression négative » ou « progression positive ».

La progression négative consiste à augmenter les mises lorsque vous perdez et/ou à diminuer les mises lorsque vous gagnez.

La méthode de la progression positive consiste à augmenter les mises lorsque vous gagnez et/ou à diminuer les mises lorsque vous perdez.

La théorie qui sous-tend la progression négative est que vous finirez toujours par gagner et que, lorsque cela se produit, tous vos gains seront supérieurs à vos pertes, ce qui se traduira par un bénéfice global.

La théorie qui sous-tend la progression positive est qu’elle maximise vos profits si vous entrez dans une série de gains. Elle minimise également vos pertes lorsque vous êtes en train de perdre, par rapport à la progression passive.

Il est recommandé d’utiliser les systèmes de paris progressifs pour les paris à sommes égales (Rouge/Noir, Haut/Bas, Pair/Impair), qui offrent la probabilité de gain la plus élevée parmi les paris simples, afin d’éviter les longues séries de pertes qui risquent d’épuiser votre bankroll. Ils sont généralement utilisés à la roulette et moins souvent au blackjack, mais ils sont en fait applicables à tous les jeux de hasard.

Martingale

La Martingale est le système de progression négative le plus populaire. Il consiste à placer le pari à plusieurs reprises jusqu’à ce qu’il soit gagnant, tout en augmentant la mise avec un multiplicateur à chaque nouveau tour si le pari précédent est perdu. Le multiplicateur habituel est de 2, ce qui signifie que vous devez doubler votre mise à chaque pari perdant.

Par exemple :

Vous misez 3 $ sur le Noir ; si vous gagnez, arrêtez le système ou redémarrez-le ; si vous perdez, placez la même mise sur le Noir au tour suivant avec une mise de 6 $ ; si vous gagnez, arrêtez ou redémarrez ; si vous perdez, placez votre mise sur le Noir avec une mise de 12 $, et ainsi de suite. L’idée est de doubler votre mise après chaque perte.

Le principe mathématique de la Martingale veut que lorsqu’une série de paris perdants prend fin et que vous gagnez votre premier pari de la série, le bénéfice global que vous réalisez est égal à votre mise initiale. Par conséquent, si vous avez commencé votre système avec une mise de 5 $, vous réaliserez un bénéfice de 5 $ si vous gagnez votre premier pari, quelle que soit la durée de la série.

C’est la caractéristique optimiste de la Martingale. En théorie, si l’on considère cette série de paris comme un seul pari, sa valeur attendue est positive pour les paris dont la probabilité de gain est inférieure à 1/2 et dont le paiement est de 1 : 1, comme le pari sur la couleur. Il semble que si vous disposez de ressources illimitées pour supporter une perte (et si le casino n’a pas de limite de mise), vous pourriez en principe gagner de l’argent en utilisant de tels types de systèmes de paris. Mais aucune de ces conditions ne se vérifie dans la réalité et c’est là l’aspect pessimiste de ce système : Les pertes s’accumulent dans une longue série de pertes en mode accéléré et de telles séries sont possibles, même si elles ont une probabilité faible.

Par exemple, avec seulement 3 $ comme mise initiale et cinq pertes consécutives, la perte cumulée atteint 93 $. Pour 10 pertes successives, elle atteint 3 069 $.

C’est pourquoi la Martingale est un choix stratégique très risqué.

Et même si votre bankroll est suffisamment important pour supporter une grosse perte, n’oubliez pas que votre bénéfice global correspondra toujours à votre mise initiale. Dans notre exemple précédent, avec cinq pertes consécutives, le taux de profit n’est que de 3,22 %, de sorte que l’option consistant à utiliser ces 93 $ perdus plutôt dans des paris statiques mérite d’être envisagée.

Martingale inverse

Ce système progressif suppose de doubler la mise après chaque pari gagné, contrairement au système Martingale, où l’on double la mise après avoir perdu. En cas de perte, vous revenez à la mise initiale et répétez le procédé.

Si vous avez une bonne série de gains, vous pouvez vous arrêter à tout moment et repartir avec le bénéfice ou relancer le système avec la mise minimale.

Avec cette description, le système s’avère être un système progressif positif.

Par exemple, vous commencez à miser 2 $ :

Vous commencez à miser 2 $. Si vous gagnez, vous misez 4 $, puis, si vous gagnez, 8 $, et ainsi de suite. Les mises augmentent de façon exponentielle : 2, 4, 8, 16, 32, 64, 128, etc. Supposons que vous perdiez le cinquième pari. Vous perdez alors votre mise de 32 $ et les gains précédents totalisent 2 $ + 4 $ + 8 $ + 16 $ = 30 $. Au total, votre perte n’est que de 2 $, soit la mise initiale.

À tout moment, quelle que soit la durée de la série de gains avant une perte, votre perte sera limitée à la mise initiale. En revanche, lors d’une série de gains, les gains s’accumulent selon une progression géométrique et vous pouvez repartir avec l’argent à tout moment.

Une autre variante du système de Martingale inversée est celle où, au lieu de doubler la mise, vous ajoutez la mise initiale à chaque fois que vous gagnez. Lors d’une série de gains, les gains s’accumulent selon une progression arithmétique et lorsqu’une perte survient, le cumul des gains précédents dépasse la perte, comme dans le système Martingale.

Par exemple :

Commencez par une mise de 2 $. Si vous gagnez, misez 4 $, puis, si vous gagnez à nouveau, misez 6 $, et ainsi de suite. Les mises augmentent de façon linéaire : 2, 4, 6, 8, 16, 32, 64, etc. Supposons que vous perdiez la quatrième mise. Vous perdez alors votre mise de 8 $ et vos gains précédents totalisent 2 $ + 4 $ + 6 $ = 12 $. Au total, vous avez obtenu un bénéfice de 4 $.

Cette version linéaire de la martingale inversée est évidemment plus sûre que la version géométrique, puisqu’elle laisse un bénéfice après une perte et que la perte s’accumule à une vitesse moindre. Elle est également plus sûre que la Martingale classique, où la défaite s’accumule comme dans la Martingale inversée géométrique. Il suffit de regarder les chiffres : Une série de cinq tours perdants avec une mise initiale de 2 $ entraîne une perte cumulée de 64 $ dans la Martingale traditionnelle et la Martingale géométrique inversée, contre 30 $ dans la Martingale linéaire inversée.

La martingale inversée linéaire est également connue sous le nom de système Paroli. Il s’agit de l’une des plus anciennes stratégies de jeu applicables à tout jeu de hasard, qui remonte au XVIe siècle, d’après les preuves écrites. La vertu du système Paroli est qu’il est simple à comprendre et à appliquer dans la pratique et que les résultats d’une série de pertes sont exactement les mêmes, que vous utilisiez le système ou pas. C’est pourquoi ce système est recommandé aux débutants.

Comme nous le voyons, il y a un risque dans les deux systèmes Martingale, car les longues séries de pertes consomment le bankroll, quelle que soit la progression. La différence entre la Martingale classique et la Martingale inversée est que dans cette dernière variante, vous devez savoir quand vous arrêter si vous êtes dans une série de gains, tout en gardant un œil ouvert sur votre compte en banque.

Nous pouvons dire que la Martingale inversée est un choix pour le jeu à long terme et la Martingale classique pour le jeu à moyen terme, mais cela est relatif à votre bankroll.

Notez que dans l’une ou l’autre des versions de la Martingale, il n’est pas nécessaire de répéter le même pari, mais simplement de s’en tenir à un pari à argent égal. Il n’est donc pas important que vous continuiez à miser sur le rouge ou sur le noir ; vous pouvez aussi alterner les mises, puisque les deux ont la même probabilité d’être gagnés, le même paiement, et que chaque tour est indépendant du précédent. Vous pouvez utiliser indifféremment les mises Rouge, Noire, Impaire, Paire, Haute et Basse, car la Martingale fonctionne de la même façon quelle que soit l’option choisie. De cette façon, vous ne vous sentirez pas frustré si une longue série de numéros rouges perdants se produit.

Fibonacci

Ce système progressif tire son nom du mathématicien Fibonacci, qui a créé la séquence du même nom. Il s’agit d’une séquence commençant par les nombres 1, 1, et dont chaque terme est déterminé comme la somme des deux précédents. La suite de Fibonacci se présente comme suit :

1, 1, 2, 3, 5, 8, 13, 21, 34, 55, 89, 144, 233, 377, 610, …

Les propriétés de cette séquence ont été appliquées aux jeux de hasard. Le système progressif de Fibonacci fonctionne comme suit :

Les nombres de cette séquence représentent les enjeux des paris. Comme dans la méthode Martingale, vous ne devez placer que des mises d’un montant égal. Vous pouvez commencer par n’importe quel nombre, mais il est recommandé de commencer par le plus petit (1), du moins lorsque vous ne disposez pas d’un bankroll solide. Votre mise initiale est donc de 1. Si vous gagnez, vous pouvez recommencer. Si vous perdez, vous modifiez votre mise en fonction du numéro suivant dans la séquence. À chaque perte, vous montez dans la séquence pour la mise. Lorsque vous gagnez, vous reculez de deux numéros dans la séquence et misez avec cette somme. Puis vous répétez le processus. Il s’agit d’un système progressif négatif.

Par exemple :

  • Je mise 1 et je perds. La perte actuelle est de 1.
  • Mise de 1 et perte. La perte actuelle est de 2
  • Mise 2 et perte. La perte actuelle est de 4.
  • Mise 3 et perte. La perte actuelle est de 7.
  • Mise 5 et perte. La perte actuelle est de 12.
  • Mise 8 et perte. La perte actuelle est de 20.
  • Mise 13 et perte. La perte actuelle est de 33.
  • Mise 21 et victoire. La perte actuelle est de 12.
  • Mise 8 et perte. La perte actuelle est de 20.
  • Mise 13 et victoire. La perte actuelle est de 7.
  • Mise de 5 et perte. La perte actuelle est de 12.
  • Mise de 8 et victoire. La perte actuelle est de 4.
  • Mise 3 et perte. La perte actuelle est de 7
  • Misez 5 et gagnez. La perte actuelle est de 2.
  • Mise 2 et victoire. La perte actuelle est de 0.
  • Mise 1 et victoire. Le bénéfice final est de 1.

Observez qu’en répétant l’algorithme jusqu’à atteindre l’extrémité inférieure de la séquence, le joueur a dépassé la série malchanceuse de sept paris perdants au début et a terminé avec un bénéfice.

Cela se produit quels que soient les résultats du tour et la répartition des paris perdants-gagnants au cours de la session : En jouant le système de Fibonacci (également appelé système Whittaker), si vous disposez d’un bankroll suffisamment important pour supporter les pertes cumulées et rester en jeu, vous finirez par réaliser un bénéfice égal à votre mise initiale.

Quelle est la logique du système de Fibonacci ? Pourquoi reculer de deux nombres ?

Observez dans notre exemple précédent que le premier gain a rapporté 21 au joueur, mais que le gain ne dépasse pas la perte cumulée, comme dans le système de Martingale. Si le système commençait à partir de 8 et non de 1, les deux pertes précédentes seraient égales au gain actuel (8 + 13 = 21, puisque c’est la règle de la séquence). Ainsi, avec le gain actuel, le joueur a couvert les deux pertes précédentes, mais cela ne suffit pas. Les autres pertes précédentes doivent également être couvertes. C’est pourquoi tout gain suivant fera reculer les deux numéros d’enjeu de la séquence, de manière récursive. Lorsque le premier numéro est atteint et que le pari est remporté, le bénéfice global est de 1, c’est-à-dire la mise initiale. Tout est dans les mathématiques de la séquence.

À cet égard, le système de Fibonacci ressemble à la Martingale. Cependant, il est moins agressif que ce dernier et comporte moins de risques : La perte se cumule avec une accélération plus faible que dans la Martingale. Dans notre exemple, la série initiale de sept pertes avec une mise de départ de 1 s’est traduite par une perte cumulée de 33, alors qu’une Martingale aurait encaissé une perte de 2 080 sur une telle série.

Une autre différence pratique entre les deux systèmes est qu’il faut parfois beaucoup de temps pour revenir au début de la série et engranger les bénéfices, et qu’il faut donc être patient si l’on utilise le système de Fibonacci.

Le système de Fibonacci est également affecté par une longue série de pertes comme les autres systèmes progressifs. Il en résulte une perte cumulée élevée et, de plus, avec de telles séries, vous montez dans la séquence et il vous faudra donc plus de temps pour revenir à 1.

D’Alembert

D’Alembert est un système de progression négative qui porte également le nom d’un mathématicien. Il est très facile à appliquer et fait partie de la catégorie des systèmes progressifs sûrs, mais, comme nous l’avons vu jusqu’à présent, la sécurité est relative à la roulette.

Dans le système D’Alembert, vous placez des mises à parité, comme dans les systèmes ci-dessus, et vous choisissez une unité pour les enjeux (disons 1, quelle que soit la monnaie). La règle est d’augmenter la mise d’une unité pour chaque pari perdu et de la diminuer d’une unité pour chaque pari gagné. Selon les mathématiques de ce système, lorsque le nombre de paris perdus est égal au nombre de paris gagnés, vous réalisez un bénéfice d’un montant égal à ce nombre.

Par exemple :

Supposons que vous commenciez avec une mise de 5 et que l’unité soit 1.

  1. Mise 5 et perte. La perte actuelle est de 5.
  2. Mise 6 et perte. La perte actuelle est de 11
  3. Mise 7 et victoire. La perte actuelle est de 4.
  4. Mise 6 et perdre. La perte actuelle est de 10.
  5. Mise 7 et perte. La perte actuelle est de 17.
  6. Mise 8 et victoire. La perte actuelle est de 9.
  7. Mise 7 et victoire. La perte actuelle est de 2.
  8. Mise 6 et victoire. Le bénéfice final est de 4.
  9. Vous avez quatre pertes et quatre gains.

L’arithmétique financière de l’exemple ci-dessus est la suivante : 0 – 5 – 6 + 7 – 6 – 7 + 8 + 7 + 6 = 4

Les mathématiques d’une telle expression dans laquelle il y a autant de nombres négatifs que de nombres positifs et où la différence absolue entre deux termes consécutifs est de 1 indiquent que le résultat de l’expression est le nombre de ces nombres négatifs (ou positifs). On le voit immédiatement dans notre exemple si l’on regroupe les termes comme suit : (6 – 5) + (7 – 6) + (8 – 7) + (7 – 6) = 1 + 1 + 1 + 1 = 4. Quelle que soit la longueur de l’expression ayant ces propriétés, un tel regroupement est toujours possible.

Comme dans la Martingale ou d’autres systèmes, le fait que les calculs soient justes ne nous donne pas une garantie réelle que le système est infaillible, puisque le bankroll est toujours limité et que de longues séries de pertes sont possibles à tout moment.

Évidemment, le système D’Alembert est plus sûr que la Martingale, puisque le taux d’augmentation de la mise est plus bas. Un autre avantage est que le taux de profit est plus élevé que dans le cas de la Martingale. Dans notre exemple, l’investissement pour le gain de 4 était de 52, soit un taux de 7,69 %. Si nous avions exécuté la Martingale et que nous avions eu une série de 7 pertes avant le gain (aussi longue que la série de pertes et de gains dans notre exemple), nous aurions eu un taux de profit de 1/63 = 1,58 %.

Ce qui semble être la « règle d’or » du système D’Alembert est que si le nombre de gains est le même que le nombre de pertes, vous serez toujours en bénéfice. Cela ne paraît pas improbable puisque la probabilité de gagner un pari à parité est proche de 1/2. Cependant, la probabilité est quelque chose qui ne se « matérialise » qu’à l’infini, ce qui n’a rien à voir avec le monde réel des jeux d’argent, où de longues séries de pertes sont possibles, quelle que soit leur durée.

En tant que système à faible risque, D’Alembert convient aux joueurs disposant d’un bankroll faible à moyen et jouant à moyen ou long terme.

Labouchere

Le système Labouchere ne fait pas partie des systèmes de progression négative ou positive et se distingue des systèmes précédents par le fait qu’il ne repose pas sur une vérité algébrique ou arithmétique, mais sur une organisation personnelle des paris sous la forme d’un exercice combinatoire. Son principe de base est de compenser la perte par un pari supplémentaire, tout en gardant un objectif de profit constant. Il fonctionne de la manière suivante :

Une fois encore, il est recommandé de n’utiliser dans ce système que des paris à argent pair. Définissez d’abord votre objectif en fonction du montant que vous souhaitez gagner. Disons qu’il s’agit de 10, quelle que soit la devise. Ensuite, divisez ce nombre en plusieurs petits nombres dont la somme est égale à ce nombre. Pour 10, la partition peut être 2 + 1 + 1 + 3 + 2 + 1, mais vous pouvez choisir n’importe quelle autre partition de 10.

Commencez votre jeu en prenant le nombre le plus à gauche et le plus à droite de votre partition et en les additionnant : 2 + 1 = 3. C’est l’enjeu de votre première mise. Si vous gagnez, effacez ces chiffres de votre partition. Il reste 1 + 1 + 3 + 2 et vous continuez avec la même procédure. Votre prochain pari aura pour enjeu 1 + 2 = 3. Si vous le gagnez, continuez de la même manière. Lorsque votre partition sera épuisée, vous atteindrez votre objectif d’avoir un profit de 10. Si, à un moment donné, vous perdez, vous ajoutez la mise perdue à l’extrémité droite de la partition actuelle et vous continuez la procédure. Par exemple, si vous perdez la deuxième mise de 3, la partition actuelle 1 + 1 + 3 + 2 deviendra 1 + 1 + 3 + 2 + 3, rétablissant l’objectif de 10.

Lorsque la partition sera épuisée, vous êtes sûr d’avoir réalisé votre profit de 10.

Voici la marche à suivre mieux illustrée dans le tableau suivant :

ToursPartitionEnjeuRésultatsProfit/perte
12 + 1 + 1 + 3 + 2 + 13win3
21 + 1 + 3 + 23verlies-3
31 + 1 + 3 + 2 + 34win4
41 + 3 + 23verlies-3
51 + 3 + 2 + 34win4
63 + 25win5

Profit total :  10

La règle de base est la suivante : si vous gagnez, rayez les numéros marginaux ; si vous perdez, conservez-les et ajoutez votre perte à la marge de droite. Cette règle assure un gain global si le nombre de gains est égal au nombre de pertes (comme dans le système D’Alembert) et implicitement lorsque le nombre de gains est supérieur au nombre de pertes.

Comme dans les systèmes de progression négative, Labouchere suppose une augmentation de la mise lorsque vous perdez, mais cette augmentation n’est pas exponentielle, comme dans le système Martingale. Il s’agit en fait d’une nouvelle mise ajoutée dans la série, dont la mise comprend ce qui a été perdu dans la mise précédente plus le premier numéro de la partition.

La vertu du Système Labouchere est qu’il garde une trace pour que vous sachiez exactement le solde des gains et des pertes et à quel point vous êtes proche d’un profit.

Il existe des variantes plus ou moins populaires du système Labouchere. L’une d’entre elles consiste à diviser la partition : Lorsque vous rencontrez une série de pertes et que les enjeux deviennent importants, vous pouvez scinder la partition actuelle en plusieurs partitions avec des nombres plus petits et les suivre une par une. Une autre variante est le Labouchere inversé, dans lequel vous augmentez la mise lorsque vous gagnez : Si vous gagnez, ajoutez la somme des enjeux à la fin de la partition en cours ; si vous perdez, effacez les numéros de la partition.

Gestion du bankroll

Le bankroll est ce qui alimente vos mises à la roulette et toute stratégie que vous adoptez pour parier. Le bankroll est associé à votre objectif dans ce jeu, à votre stratégie, ainsi qu’à divers critères personnels et à votre style de jeu.

En ce que concerne les objectifs, tout dépend si vous jouez pour un gros coup, pour des gains constants ou pour vous amuser sans vous soucier des montants gagnés. Chaque objectif impose une certaine taille de votre bankroll.

La stratégie que vous souhaitez utiliser exige également que votre bankroll soit suffisamment important pour supporter les pertes accumulées au cours du processus, notamment dans le cas des systèmes progressifs.

En ce qui concerne le jeu personnel, la durée de vos sessions, la fréquence de jeu, la taille de vos mises, tout cela est lié à votre bankroll.

Personne ne peut fournir des recettes de bankroll basées sur des tailles exactes associées à des stratégies et d’autres paramètres, car le bankroll est toujours relatif à la situation financière générale d’une personne et les résultats de toute stratégie et de tout style de jeu ne sont pas prévisibles. Plus que des recettes de bankroll, les joueurs doivent être conscients que la gestion de leur bankroll est plus importante que les stratégies elles-mêmes. En effet, la constitution du solde initial et son évolution au cours de la session de jeu permettent de l’adapter à la stratégie utilisée, d’éviter son épuisement prématuré et d’inciter les joueurs à rester plus longtemps dans le jeu afin d’atteindre leurs objectifs.

Garder le bankroll aussi sûr que possible grâce à la configuration initiale est nécessaire car à la roulette, nous n’aurons jamais une valeur attendue positive à long terme, quelles qu’aient été les stratégies de pari utilisées. D’un point de vue stratégique, la gestion de votre bankroll vous permet d’être dans une position où les pertes ne vous élimineront pas du jeu, tout en vous donnant l’opportunité de gagner de l’argent.

  • Établir un bankroll avant de jouer suppose d’abord de fixer le montant total d’argent que vous êtes prêt à jouer à une table de roulette. Ce montant doit correspondre au maximum que vous êtes réellement prêt à perdre et ne doit pas être modifié au cours ou à la fin de la session de jeu.
  • Ensuite, vous devez établir un plan de mise. Cela signifie que vous définissez un certain pourcentage de votre bankroll actuel comme limite pour vos paris à tout moment pour un tour. Certains disent que 10 % est un bon chiffre, mais ce n’est pas une recommandation absolue. Certains peuvent choisir plus ou moins, mais le plus important est que vous vous en teniez à ce pourcentage et que vous ne l’augmentiez jamais au cours de votre partie.
  • Se fixer une limite de gains est très utile. Le conseil est que vous devriez vous retirer lorsque vous avez atteint cette limite. Certains disent qu’une bonne limite pourrait être de 30 % et 50 % de l’ensemble de votre bankroll, mais encore une fois, c’est à vous de déterminer ce chiffre.
  • Fixer une limite de perte permet d’éviter l’épuisement du bankroll et d’autres problèmes subséquents. La plupart des joueurs fixent une limite de perte de 20 à 30 % de leur bankroll total pour une session donnée.

La plupart des conseils de gestion du bankroll ci-dessus sont conformes aux recommandations plus générales en matière de jeu responsable, applicables à tous les jeux de hasard. Pour la roulette en particulier, il est plus important de s’en tenir à la gestion que vous aviez prévue et de résister à la tentation de la modifier au cours de votre session de jeu que les stratégies elles-mêmes. C’est là le véritable test de compétence à la roulette.

Conclusion

La roulette est un jeu où les stratégies ne peuvent pas changer la valeur attendue des mises et l’avantage de la maison. Il s’agit d’un jeu pour lequel il n’est pas possible de mettre en place des stratégies optimales permettant de modifier ces indicateurs statistiques en faveur du joueur. Néanmoins, la probabilité de gagner pour les paris statiques peut être améliorée en plaçant des paris à grande couverture. Cette stratégie vise la sécurité, tant en ce qui concerne les chances de gagner que la limitation des pertes. Les joueurs peuvent choisir parmi une large gamme de paris à grande couverture, chacun d’entre eux ayant ses propres caractéristiques statistiques et financières. Il est recommandé de s’informer sur les paramètres et les caractéristiques des paris que vous avez l’intention de placer, d’abord pour éviter les paris contradictoires et le gaspillage de votre bankroll, et ensuite pour choisir le pari qui correspond le mieux à votre bankroll, à vos objectifs et à vos critères personnels de jeu.

Choisir des paris avec une très grande couverture n’est pas la solution absolue pour la sécurité, tout simplement parce que la probabilité de gagner n’est pas tout ce qui compte dans l’équation de la roulette. Plus la couverture est importante, plus la perte possible est élevée et plus le taux de profit est faible. À la roulette, comme dans les jeux de hasard en général, les avantages sont contrebalancés par les inconvénients, ce qui s’explique par le fait que l’avantage de la maison reste constant.

La stratégie des paris progressifs est un choix plus risqué, car le bankroll peut être endommagé ou épuisé plus rapidement que dans le cas des paris statiques. Bien que les mathématiques qui sous-tendent ces systèmes garantissent théoriquement un certain profit sur un nombre assez long de tours, le bankroll est essentiel pour soutenir la perte cumulée et, de ce fait, de longues séries de pertes peuvent rendre les systèmes progressifs inefficaces.

L’optimisme du gain final théorique des systèmes progressifs est contrebalancé par les aspects pessimistes de ces stratégies :

  • un bankroll limité et les limites de mise des Casinos peuvent empêcher la stratégie d’aller jusqu’au gain final ;
  • lorsque ce gain se produit par chance, le taux de profit est faible malgré les efforts déployés ;
  • les pertes élevées qui peuvent s’accumuler au cours du processus peuvent vous faire sortir du jeu et vous affecter de plusieurs manières au-delà du jeu.

En examinant les mathématiques des systèmes progressifs et leur fonctionnement, on peut dire qu’ils visent en fait la sûreté, comme le font les paris à grande couverture. Investir autant d’efforts dans la poursuite de petits profits est un signe de protection contre le risque de perdre, étonnamment au prix d’un autre type de risque, celui de la faillite.

La stratégie à la roulette relève du choix personnel et de la sécurité, car sur le long terme, aucune stratégie ne vous donnera théoriquement un avantage sur la maison ; gagner à ce jeu est une question de moments de chance et de séries. Comme les stratégies à la roulette sont construites dans un souci de prudence, c’est un signe que les joueurs et les experts ont en quelque sorte peur de ce jeu, bien qu’il soit le seul jeu de casino à offrir des probabilités de gain supérieures à 90 % pour certaines mises.

Last Updated: Avr 06, 2024

(2 votes)

Avis

huit − deux =

  • symph Nov 09 2023

    Design sympathique, un bon nombre de jeux.

    0
  • Sauve Déc 04 2023

    Jeu très fluide et pas mal de jeux différents..pour l’instant pas de gains retirés mais je ne désespère pas…

    0
  • Nondier Déc 14 2023

    Un casino au top!

    0
  • Sauve Déc 24 2023

    Très bon casino!

    0
  • ameliadeo Jan 04 2024

    Très bon casino simple d’utilisation.
    Bonne année à toute l’équipe!

    0
  • Charles-henri Koudlanski Fév 13 2024

    Casino super a pas hésiter à s’inscrire et de super bonus sans dépôt offert régulièrement.

    0
  • Anissa mdjahri Fév 23 2024

    Très bon jeux en ligne!

    0
  • Djordjevic Fév 23 2024

    Locowin est un très bon site on peut gagner dessus pas comme d’autre sauf les retrait sui sont compliqué.

    0